Classification

  • ClasseInsectes
  • OrdreOrthoptera
  • FamilleGryllotalpidae
  • GenreGryllotalpa
  • Espècegryllotalpa
  • Nom scientifiqueGryllotalpa gryllotalpa
Données de l'espèce

Cartes, phénologie, nombre de données, etc...

Carte de l'espèce

  • Observations communales (toute période confondue)
  • Blanc : aucune observation signalée
  • Bleu : observations validées
  • Gris : observations en cours de validation
  • Rouge : vos observations
Morphologie

Taille : jusqu’à 50mm

La Courtilière commune est un très grand grillon de couleur brun-beige assez sombre. Elle est recouverte de petits poils roux, donnant un aspect feutré à son thorax en particulier. Ses pattes avant sont très caractéristiques, elles sont très larges et munies de griffes, ce qui lui permet de creuser des galeries d’où son nom de « taupe-grillon ». Le mâle et la femelle sont très difficiles à différencier.

Habitat

La Courtilière commune est une espèce géophile, elle vit dans des galeries qu’elle creuse dans le sol. Elle préfère les terres fraîches et profondes des prairies humides et des fonds de vallons, même si elle peut s’accommoder de sous-sols glaiseux. On peut également la retrouver dans des jardins. La femelle pond ses œufs dans une chambre de son terrier.

Période d’apparition

L’espèce est présente toute l’année et son activité est surtout nocturne. On peut déceler sa présence essentiellement grâce à sa stridulation, émise au printemps (avril-juin), qui consiste en un bourdonnement sourd pouvant faire penser au chant de la Locustelle tachetée ou au Crapaud calamite et audible jusqu’à 500 mètres.

Régime alimentaire

La Courtilière commune est une prédatrice, elle se nourrit surtout de petits animaux, notamment des larves d’insectes.

Relation avec l’Homme

Dans les jardins, l’espèce peut occasionner des dégâts aux plantations en creusant ses galeries, ce qui a conduit à une tentative d’éradication de l’espèce. Il est désormais rare de retrouver la Courtilière commune dans les jardins. En vieux français, le courtil désignait un jardin, d’où son nom de Courtilière.

Réseau trophique

La Courtilière commune figure au menu d’un grand nombre d’espèces insectivores, comme la plupart des orthoptères. Il peut être consommé par des mammifères ou des oiseaux par exemple. C’est une des proies favorite de la Huppe fasciée.

Répartition géographique

L’espèce se rencontre sur tout le territoire national. En Bourgogne, elle est encore assez répandue mais se fait rare par endroits.

Photothèque Courtilière commune
Courtilière commune (Gryllotalpa gryllotalpa)
Bibliographie Courtilière commune

SIRUGUE D. & GOURLIN B. (coord.), 2016, La faune sauvage de Côte-d'Or, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 14 : 488

BARDET O., 2007, Premier état de l'inventaire des Orthoptères en Bourgogne, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 5 : 139-149

BARDET O., 2002, Orthoptères en Bourgogne-Morvan. Cahier spécial, supplément au n°182, Bulletin d'Association, Bulletin de la Société d’histoire naturelle d’Autun : 52 p.

BAUR, B., BAUR, H., ROESTI, C., ROESTI, D. & THORENS P., 2006, Sauterelles, Grillons et Criquets de Suisse, Ouvrage, Ed Haupt, Berne : 352 p.

BELLMANN, H. & LUQUET G., 2009, Guide des Sauterelles, Grillons et Criquets d'Europe occidentale, Ouvrage, Ed Delachaux & Niestlé : 383 p.

DEHONDT, F., MORA, F. & l'OPIE Franche-Comté, 2013, Atlas des sauterelles, grillons et criquets de Franche-Comté, illustrations commentées du peuple chantant de l'herbe, Ouvrage, Ed Naturalia publication : 191p.