Classification

  • ClasseMammifères
  • OrdreChiroptera
  • FamilleVespertilionidae
  • GenreMyotis
  • Espècemyotis
  • Nom scientifiqueMyotis myotis
Données de l'espèce

Cartes, phénologie, nombre de données, etc...

Carte de l'espèce

  • Observations communales (toute période confondue)
  • Blanc : aucune observation signalée
  • Bleu : observations validées
  • Gris : observations en cours de validation
  • Rouge : vos observations

Taille : 67-84 mm
Envergure : 350-450 mm
Poids : 20-40 g

Classification

Classe : Mammifères
Ordre : Chiroptères
Famille : Vespertilionidés
Genre : Myotis
Espèce : myotis
Nom scientifique : Myotis myotis

Morphologie

C’est la plus grande espèce de chauve-souris de la Région. Elle est reconnaissable à son museau long et large, de couleur chair, avec des nuances rosées rappelant celles de ses longues oreilles. Le pelage est brun-roux sur le dos et gris-blanc sur le ventre, les juvéniles sont gris. Larges, les ailes sont de couleur marron.

Habitat

Le Grand murin est une espèce calme et grégaire, formant des colonies de mise bas de plusieurs centaines d’individus. Ces colonies sont généralement situées dans les combles chauds des bâtiments, mais aussi dans des milieux souterrains comme des tunnels désaffectés, des grottes ou des carrières. En hiver, on rencontre le Grand murin dans des carrières souterraines ou des grottes avec une forte humidité, de manière isolée ou formant de petits essaims de quelques individus, parfois associé à d’autres espèces. Ils peuvent changer de gîte durant l'hiver. Des individus solitaires peuvent occuper les cavités situées dans les ponts (disjointements, drains). Pour la chasse, le Grand murin va exploiter les forêts de feuillus ou mixtes à sous-bois dégagés, les prairies pâturées et fauchées, les pelouses, mais il chasse également à proximité des grands bâtiments et des villages.

Reproduction

La saison des accouplements survient de mi-août à mi-octobre, des accouplements dans les quartiers d'hiver peuvent avoir lieu. Le mâle peut avoir jusqu’à cinq femelles dans son harem. Fidèles à leur colonie de naissance, les femelles arrivent sur les sites de mise bas dès la fin mars. Les femelles sont matures autour de leur troisième année et donnent naissance à un seul jeune, entre fin mai et fin juin. Le jeune devra attendre sa neuvième semaine pour être sevré. L'âge moyen est de quatre-cinq ans mais la longévité peut dépasser vingt-deux ans.

Régime alimentaire

Cette espèce chasse principalement des Coléoptères et autres Arthropodes dans les milieux où le sol est accessible. Les gros insectes sont capturés soit au sol (carabes...), par glanage, soit en vol (papillons nocturnes, tipules, hannetons…). Il sort quand la nuit est bien installée.

Relation avec l’homme

En raison de la taille importante de ses colonies de mise bas, la cohabitation en bâtiment est parfois difficile. Le Grand murin peut ainsi générer des nuisances dues à la forte odeur d’ammoniaque dégagée par le guano. Souvent délogée des greniers d’habitation, l’engrillagement des clochers d’église empêchant l'accès au site, l’éclairage des accès aux gîtes et la rénovation des bâtiments constituent des menaces importantes pour l’espèce dont les populations sont en régression. Le Grand murin est protégé en France et inscrit aux annexes II et IV de la Directive Habitats-Faune-Flore, il bénéficie aussi d’une protection dans le cadre des Conventions de Berne et de Bonn.

Réseau trophique

Les rapaces nocturnes comme la Chouette Effraie sont les principaux prédateurs du Grand murin, ils chassent la chauve-souris à sa sortie du gîte.

Répartition géographique

Présent dans toute l’Europe depuis la Côte Méditerranéenne jusqu’aux Pays-Bas, le Grand murin est réparti sur l’ensemble du territoire bourguignon sans pour autant être abondant. On le retrouve le plus souvent dans des secteurs situés à proximité de grands massifs forestiers de feuillus. En Côte-d’Or, les principales colonies de mise bas sont situées dans le val de Saône, le plateau Châtillonnais ainsi qu'en Terre plaine où une colonie de plus de 1000 individus s’est installée dans un aqueduc. En hiver, l'espèce est présente dans les secteurs pourvus de cavités souterraines, sur la Côte Dijonnaise notamment.

Photothèque Grand murin
Grand murin (Myotis myotis)
Grand murin (Myotis myotis)
Grand murin (Myotis myotis)
Grand murin (Myotis myotis)
Grand murin (Myotis myotis)
Grand murin (Myotis myotis)
Grand murin (Myotis myotis)
Grand murin (Myotis myotis)
Grand murin (Myotis myotis)
Grand murin (Myotis myotis)
Grand murin (Myotis myotis)
Grand murin (Myotis myotis) - hibernation
Grand murin
La famille
Bibliographie Grand murin

SIRUGUE D. & GOURLIN B. (coord.), 2016, La faune sauvage de Côte-d'Or, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 14 : 488

ARTHUR L. & LEMAIRE M., 2009, Les chauves-souris de France, Belgique, Luxembourg et Suisse, Ouvrage, Biotope, Mèze (Collection Parthénope) ; Muséum national d’Histoire naturelle, Paris : 544 p.

AUBERT G. & CARTIER A., 2013, Un grenier pour la préservation du Grand Murin à Toucy (89), Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 18 : 146-150

Conservatoire des sites naturels bourguignons, 2002, Guide des espèces protégées en Bourgogne, Ouvrage : 176p.

DIETZ C. & KIEFER A., 2015, Chauves-souris d’Europe. Connaître, identifier, protéger, Ouvrage, Delachaux et Niestlé S.A., Lausanne-Paris : 400p.

DIETZ C., VON HELVERSEN O. & NILL D., 2009, L’encyclopédie des chauves-souris d’Europe et d’Afrique du Nord. Biologie, Caractéristiques, Protection., Ouvrage, Delachaux et Niestlé, Paris : 400 p.

DUPUY G., 2006, Pose de gîtes pour chiroptères dans des aqueducs forestiers, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, Hors-série 1 : 158-159

FAUVEL B., 2006, Evolution des populations de Grand murin Myotis myotis dans le Grand Est de la France : deuxième bilan, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, Hors-série 1 : 104-105

ROUÉ S.G. , 2006, Partons à la découverte de ces petits mammifères, les chauves-souris, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, Hors-série 1 : 2-16

ROUÉ S.G. & SIRUGUE D., 2006, Plan régional d'actions chauves-souris en Bourgogne, PRA, Bourgogne-Nature, Hors-série 1 : 17-100

ROUÉ S.G. & SIRUGUE D., 2003, Les chauves-souris, Bulletin d'Association, Feuille de Neomys, Société d’histoire naturelle d’Autun, 7 : 6-7

ROUÉ S.G. & SIRUGUE D., 2000, 2001 et 2002, Les chiroptères, Bulletin d'Association, Feuille de Neomys, Société d’histoire naturelle d’Autun, 4, 5 et 6 : 8-13

ROUÉ S.G. & SIRUGUE D., Groupe Chiroptères Bourgogne, 2006, Les sites d’hibernation de chauves-souris dans l’Yonne, un phénomène de réseau, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, Hors-série 1 : 117-121

SIRUGUE D., DELAGNEAU L., MEZANI S. & ROUÉ S.G., 2006, Propositions de ZNIEFF Habitat en Bourgogne pour 4 espèces de chauves-souris, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, Hors-série 1 : 141-144