Classification

  • ClasseInsectes
  • OrdreLepidoptera
  • FamilleGeometridae
  • GenreBiston
  • Espècebetularia
  • Nom scientifiqueBiston betularia
Données de l'espèce

Cartes, phénologie, nombre de données, etc...

Carte de l'espèce

  • Légende :
  • aucune observation signalée
  • observations validées
  • observations en cours de validation
  • vos observations

Longueur : environ 15 mm
Envergure : 40-50 mm

Classification

Classe : Insectes
Ordre : Lépidoptères
Famille : Géomètres
Nom scientifique : Biston betularia

Morphologie

La Phalène du Bouleau est un Géomètre caractéristique. C'est aussi sans doute le Géomètre le plus connu en raison de sa contribution aux chroniques de la biologie évolutive. En effet, bien que normalement blanc tacheté, une proportion significativement plus élevée d'individus de la forme noire (f. carbonaria) s'est répandue dans les régions industrielles en réponse à la pollution engendrée par la combustion du charbon au cours du XIXe siècle, pour mieux se camoufler sur des écorces sombres. Cette forme noire est aujourd'hui redevenue rare par rapport aux formes claires. Cette théorie du mélanisme industriel, quoique séduisante, est aujourd'hui remise en question. La forme typique claire de cette espèce a les ailes blanches mouchetées de nombreuses taches et points noirs, un parfait camouflage une fois le papillon posé sur le tronc des bouleaux. Au repos, les ailes longues et étroites sont disposées à plat sur les côtés. Les mâles présentent des antennes bipectinées, c'est-à-dire en forme de peigne ramifié. Les chenilles des Géomètres sont appelées « arpenteuses » car pour se déplacer, n'ayant jamais plus de trois paires de fausses pattes, elles sont obligées de s'allonger au maximum puis de ramener l'extrémité du corps au contact du thorax, formant comme une boucle et donnant ainsi l'impression de mesurer la distance qu'elles parcourent. En cas de danger, elles s'immobilisent et ressemblent alors à des brindilles difficiles à repérer par un prédateur. Chez la Phalène du Bouleau, la chenille est de couleur verte, brun-verdâtre ou brun foncé, elle ressemble à une petite brindille. Son corps possède un petit tubercule latéral sur chaque flanc du huitième segment, sa tête brun clair est, vue de face, en forme de cœur.

Habitat

Essentiellement nocturne, la Phalène du Bouleau est facilement attirée par la lumière. Cette espèce apprécie les habitats frais et ombragés, elle recherche principalement les zones boisées en plaine et en altitude où sa chenille peut se développer sur diverses espèces de feuillus (Saules, Charme, Bouleau, Hêtre etc.). On aperçoit les adultes voler d'avril à juillet.

Reproduction

Après émergence des adultes, la reproduction survient rapidement. Cette espèce ne produit qu'une génération par an. Après la nymphose des chenilles, elle passe l'hiver à l'état de chrysalide, enfouie dans le sol, dans une loge peu profonde, et donnera des imagos (adultes) au printemps suivant.

Régime alimentaire

Si les adultes ne s'alimentent pas, d'où le caractère plutôt éphémère de leur vie (quelques jours), les chenilles se nourrissent des feuilles de leurs arbres hôtes.

Relation avec l’Homme

Comme tous les papillons, l'espèce est sensible aux pesticides et à la dégradation de son habitat, mais elle ne bénéficie pas d'un statut de protection particulier. Les papillons sont aussi attirés par les éclairages publics. Il ne faut pas négliger l'impact négatif de la circulation routière et de la destruction des haies : tout cela tue un nombre très important d'adultes et de chenilles. Les facteurs météorologiques extrêmes des dernières années viennent s'ajouter à ces pressions.

Réseau trophique

Comme les autres papillons nocturnes, la Phalène du Bouleau entre dans le menu des chauves-souris, des rapaces nocturnes et des oiseaux diurnes, des araignées, elle peut également être parasitée. Les passereaux apprécient les chenilles pour nourrir leurs petits.

Répartition géographique

Présente dans toute l'Europe, l'espèce est fréquente en France.

Bibliographie Phalène du Bouleau (La), Biston du Bouleau (Le)

BELLMANN H., 2006, Quel est donc ce papillon ?, Ouvrage, Collection Guides Nature, Éd. Nathan : 456 p.

SIRUGUE D. & GOURLIN B. (coord.), 2016, La faune sauvage de Côte-d'Or, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 14 : 488

DUTREIX C., 2013, Papillons diurnes et nocturnes de Bourgogne, Ouvrage, L'escargot savant : 368p.

ROBINEAU R. & al., 2007, Guide des papillons nocturnes de France, Ouvrage, Delachaux & Niestlé : 287p.