Classification

  • ClasseInsectes
  • OrdreLepidoptera
  • FamillePsychidae
  • GenreCanephora
  • Espècehirsuta
  • Nom scientifiqueCanephora hirsuta
Données de l'espèce

Cartes, phénologie, nombre de données, etc...

Carte de l'espèce

  • Observations communales (toute période confondue)
  • Blanc : aucune observation signalée
  • Bleu : observations validées
  • Gris : observations en cours de validation
  • Rouge : vos observations

Envergure : 25-30 mm

Classification

Classe : Insectes
Ordre : Lépidoptères
Famille : Psychidés
Nom scientifique : Canephora hirsuta

Morphologie

Le dimorphisme sexuel est pour le moins étonnant chez cette espèce, la plus grande des Psychés. En effet, la femelle est aptère (sans aile) et à l'apparence d'un ver, alors que le mâle, petit et très discret, a des ailes de couleur uniformément sombre, quasiment noires, velues. La chenille atteint 16 millimètres de longueur, elle est jaunâtre à brun, avec la tête et le thorax ornés de motifs bruns. Elle se protège dans son fourreau caractéristique fait de petits fragments de plantes agglutinés par des fils de soie, les fourreaux mâles portant dans leur partie antérieure des fibres végétales divergeant obliquement vers l’arrière. Attention à ne pas confondre ces fourreaux avec ceux fabriqués par les larves des Trichoptères qui sont presque toutes aquatiques !

Habitat

Les Psychés volent le jour, on peut les observer dans les bois clairs et les milieux ouverts. Les chenilles se développent quant à elle sur des végétaux ligneux et herbacés telles que l’Aubépine, la Ronce, le Genêt, la Sauge des, le Plantain lancéolé, ou des arbres feuillus. Le fourreau des femelles est fixé plus haut que ceux des mâles et plus dissimulés, sans doute pour mieux diffuser les phéromones sexuelles.

Reproduction

La plupart du temps, la femelle reste dans son fourreau et y pond ses centaines d’œufs. Une fois sorties, les chenilles commence l'élaboration de leur propre fourreau, elles poursuivront leur cycle de développement pendant au moins deux ans.

Régime alimentaire

Les chenilles du Psyché du gramen se nourrissent de ses plantes hôtes.

Relation avec l’Homme

Comme les autres papillons, cette espèce est sensible à la dégradation de son habitat et aux pesticides, ce à quoi s’ajoute l'impact négatif de la circulation routière, du broyage systématique des haies, de l'éclairage des enseignes et bords de routes par des néons ou des lampes à vapeur de mercure, ainsi que des pratiques agricoles et sylvicoles inappropriées : tout cela tue un nombre très important d'adultes et de chenilles. Elle ne bénéficie toutefois pas d'un statut de protection particulier.

Réseau trophique

La Psyché du gramen possède probablement les mêmes prédateurs que les autres papillons, des rapaces, des oiseaux diurnes et chauves-souris, des araignées, elle peut également être parasitée. Les passereaux apprécient les chenilles des papillons pour nourrir leurs petits.

Répartition géographique

Une des Psychés les plus communes de France, la Psyché du gramen est vraisemblablement présente sur tout le territoire, notamment dans les régions chaudes.

Bibliographie Psyché du gramen

SIRUGUE D. & GOURLIN B. (coord.), 2016, La faune sauvage de Côte-d'Or, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 14 : 488

BELLMANN H., 2006, Quel est donc ce papillon ?, Ouvrage, Collection Guides Nature, Éd. Nathan : 456 p.

DUTREIX C., 2013, Papillons diurnes et nocturnes de Bourgogne, Ouvrage, L'escargot savant : 368p.