Classification

  • ClasseInsectes
  • OrdreLepidoptera
  • FamilleLycaenidae
  • GenreLysandra
  • Espècecoridon
  • Nom scientifiqueLysandra coridon
Données de l'espèce

Cartes, phénologie, nombre de données, etc...

Carte de l'espèce

  • Légende :
  • aucune observation signalée
  • observations validées
  • observations en cours de validation
  • vos observations
Morphologie

Envergure : 30-35 mm

Le mâle Argus bleu-nacré, relativement grand, présente une coupe d’ailes assez anguleuse et une coloration bleu nacré caractéristique au vol. Le fond du revers est gris blanchâtre parfois nuancé d’ocre pâle. La femelle est de dominante brune, son revers étant nettement plus foncé que celui du mâle. Certaines femelles arborent la même teinte bleu nacré que le mâle, ourlée d’une bordure submarginale plus ou moins large portant quelques petites lunules orangées aux postérieures. Cette morphe d’origine génétique et biogéographique (tithonus Meigen), traditionnellement dénommée syngrapha Kef., est quasiment absente en Franche-Comté et se retrouve en Bourgogne à partir de Dijon, tout en étant moins rare dans la Nièvre et dans l’Yonne. Certaines femelles, bien plus exceptionnelles, ne sont marquées de bleu que sur les ailes postérieures (f. semi-syngrapha Tutt). Aucun risque de confusion pour les mâles dans nos régions. Les femelles peuvent être confondues avec celles de la seconde génération de P. bellargus. Les deux portent des franges entrecoupées de noir et présentent une coupe d’ailes moins arrondie que celle de Polyommatus icarus. Les femelles d’Argus bleu-nacré sont plus grandes que celles d’Azuré bleu-céleste, d’un brun plus mat, ornées de lunules marginales d’un orange plus terne, et présentent des macules noires plus développées au revers.

Habitat

L’Argus bleu-nacré est une espèce calcaricole et thermophile, qui aime les talus fleuris, les côtes sèches, les carrières désaffectées et les zones écorchées où prolifère sa plante-hôte l’Hippocrépide-à-toupet (Hippocrepis comosa). Il fréquente également les lisières, les friches buissonnantes. Les adultes apparaissent en général massivement, quoique l’on assiste à une baisse notoire de densité depuis quelques années et que certaines stations n’abritent parfois plus que des effectifs misérables.

Reproduction

L'Argus bleu-nacré est une espèce à période de vol estivale ayant une génération annuelle (univoltine). Sa longue période d’apparition est centrée sur le mois d’août, les premiers mâles apparaissent de plus en plus tôt. Certaines données précoces (début juin), non intégrées ici, soulèvent quelques interrogations et pourraient se rapporter à des hybrides P. bellargus x coridon (forme polonus Zeller).

Régime alimentaire

Les adultes aiment butiner les inflorescences du Panicaut champêtre (Eryngium campestre), de l’Origan (Origanum vulgare) et de diverses Scabieuses (Scabiosa spp.). Ils sont parfois attirés, en attroupements denses, par des exsudats azotés ou les matières organiques en décomposition (excréments, cadavres d’animaux). Les chenilles se nourrissent des plantes hôtes.

Relation avec l’homme

Fermeture des milieux, extension de la viticulture (dans le Vézelien, le Chablis et le Châtillonnais), fréquentation touristique, mitage de la nature (par l’aménagement de sites industriels, résidentiels, sportifs et ludiques), engraissement des terres par les oxydes d’azote (volontaire ou à la faveur de lessivages et des pluies), disparition des lagomorphes (induite par la myxomatose), sont autant de facteurs défavorables au maintien des pelouses sèches et des espaces herbacés maigres.

Réseau trophique

Les papillons sont les proies de nombreux insectivores, ils peuvent être consommés par d’autres insectes et des oiseaux par exemple.

Répartition géographique

C’est une espèce holoméditerranéenne (européenne) répandue dans la plupart des départements français (sauf dans l’extrême Ouest et Sud-Ouest). En Bourgogne et en Franche-Comté à basse altitude, sa distribution suit les plateaux calcaires (Côte dijonnaise, Auxerrois, Châtillonnais, Chalonnais, Monts-de-Gy, plateaux vésuliens…). Elle est répandue sur l’ensemble de l’arc jurassien, mais plus dispersée dans le Doubs.

Photothèque Argus bleu-nacré
Argus bleu-nacré (Lysandra coridon)
Argus bleu-nacré (Lysandra coridon)
Argus bleu-nacré (Lysandra coridon)
Argus bleu-nacré (Lysandra coridon)
Argus bleu-nacré (Lysandra coridon)
Lysandra coridon
Argus bleu
Bibliographie Argus bleu-nacré

SIRUGUE D. & GOURLIN B. (coord.), 2016, La faune sauvage de Côte-d'Or, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 14 : 488

DUTREIX C., 2013, Papillons diurnes et nocturnes de Bourgogne, Ouvrage, L'escargot savant : 368p.

ESSAYAN R., Dimanche 29 mars 2015, Ça papillonne..., Article de presse, Bien Public, Journal de Saône-et-Loire et Journal du Centre : 1

ESSAYAN R., Dimanche 20 juillet 2014, Ça papillonne dans nos régions, Article de presse, Bien Public, Journal de Saône-et-Loire et Journal du Centre : 1

ESSAYAN R., JUGAN D., MORA F. & RUFFONI A. (coord.), 2013, Polyommatus coridon (Poda, 1761) - l’Argus bleu-nacré, Ouvrage, in Atlas des papillons de jour de Bourgogne et de Franche-Comté (Rhopalocères et Zygènes), Bourgogne-Nature, Hors-série 13 : 260-261

ESSAYAN R. & JUGAN D., 2007, Le projet de cartographie des Rhopalocères et Zygènes de Bourgogne et Franche-Comté (Lepidoptera), Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 5 : 27-29

ESSAYAN R. & RUFFONI A., 2012, Constitution d’une liste rouge des papillons de jour de Bourgogne (Rhopalocera & Zygaenidae), Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 16 : 94-109

LAFRANCHIS T., 2000, Les papillons de jour de France, Belgique et Luxembourg et leurs chenilles, Ouvrage, Coll. Parthénope, Biotope édit., Mèze (France) : 448p.

LAFRANCHIS T., JUTZELER D., GUILLOSSON J-Y., KAN P.&B., 2015, La Vie des Papillons. Ecologie, Biologie et Comportement des Rhopalocères de France., Ouvrage, Ed Diatheo : 751p.

SIRUGUE D. (coord.), 2008, Le Morvan, inventaire des paysages et du patrimoine naturel : Les Papillons, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, Hors-série 6 : 198-199